La Liste de Freud - Goce Smilevski (Macédoine)

Publié le par Mack

http://www.livraddict.com/covers/109/109034/couv70517610.jpg

La nostalgie heureuse d’Amélie Nothomb {RL2013}

    Challenge Mappemonde.

Participation au challenge Monde livresque.

Participation au challenge 1% Rentrée littéraire 2013.

 

Résumé :

1938. L'Allemagne nazie s'apprête à envahir l'Autriche, les Juifs cherchent à fuir.
Alors qu'on lui délivre des visas pour l'Angleterre, Freud est autorisé à soumettre une liste de vingt personnes qu'il souhaite emmener avec lui.
Y figurent, entre autres, son médecin et ses infirmières, ses femmes de ménage, son chien et sa belle-soeur ; mais pas ses propres soeurs, qui mourront toutes les quatre dans les camps nazis, tandis que le père de la psychanalyse terminera ses jours à Londres.

Et Adolfina de raconter : l'enfance, les souvenirs, les regrets aussi, et l'incompréhension devant la décision de celui dont elle était pourtant la plus proche... Mais également ses rencontres de hasard avec Otla Kafka, Klara Klimt, sacrifiées comme elle sur l'autel de la célébrité de leur frère.
 

Chronique :

Tant de choses à dire sur ce livre ! Tout d'abord, je reviens tout de suite sur le titre car la lecture fut pour moi une grande déception, en partie à cause de ce choix de traduction. La version originale s'intitule Sigmund Freud's Sister et c'est beaucoup plus judicieux car là où je m'attendais à lire un ouvrage sur la guerre ou le choix d'un frère, à l'exception de la courte première partie, il n'est question que de la vie d'Adolfine-a Freud avant 1938. Voilà pour l'intitulé.

Le conteu maintenant. Et bien ce fut une lecture difficile. En fait, je n'ai pas laché le livre avant la fin parce que je m'attendais sans cesse à un retournement, une vraie "novélisation" comme il est tendance de la dire. Je n'ai pourtant eu tout le long qu'un texte qui se veut, semble-t-il, basé sur des faits réels (la distinction est difficile à faire) : 7 ans et demi de recherche, auteur spécialisé dans les gender studies et bruyante polémique sur le net. Je n'entre pas dedans, je ne suis pas assez au courant pour le faire, je ne parle que de mon ressenti de lectrice. Pour ne pas aider, le style est assez rebutant : répétitons incessantes, volontaires mais donnant l'impression de relire le même passage ou de ne pas tout comprendre, longs monologues intérieurs de la narratrice, considérations métaphysiques complexes (on peut aimer, ce n'est pas mon cas)... Ajoutons que ce livre, le premier traduit pour cet auteur, a reçu des distinctions en Europe et vous comprendrez que je suis assez déconfite par cette lecture... Tant pis, la rentrée est assez variée pour que je retombe sur mes pattes d'ici peu !

  

      Le Peigne de Cléopâtre de Maria ERNESTAM 

Publié dans Challenge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article