Le Dieu des Petits Riens - Arundhati Roy (Inde)

Publié le par Mack

http://leslecturesdesylvie.files.wordpress.com/2010/09/le-dieu-des-petits-riens.jpg

Participation au challenge Bienvenue en Inde.

Participation au challenge Monde livresque.

 

Résumé :

Exceptionnellement, ma chronique entrant pas mal dans le sujet, je ne proposerais pas de résumé...

 

Chronique : 

Où est-on tombé ? Quand sommes-nous et avec qui ?

Le Dieu des Petits Riens, c'est une galerie de personnages, à cheval entre deux époques, dans une Inde qui se cherche encore. Plus de monarchie, un brin de communisme et une famille qui se perd entre influences étrangères et traditions indiennes.

Ici, Rahel, de retour dans le village qui l'a vu grandir au cours des années 1960, nous raconte l'histoire de ces étranges parents. Elle, qui n'est pas revenue au pays depuis si longtemps, dresse le portrait de son jumeau, Estha, muré dans le silence depuis tant d'années ; de cette grand-mère suspendue dans le passé, au temps des idéaux britanniques et de la grandeur de l'entreprise familiale (confitures et conserves en tous genres !) ; de la servante accrochée à la télé et de l'oncle communo-capitaliste, si, si ! Mais surtout, c'est l'histoire de l'événement qui changeat leurs vies à tous. L'histoire d'une mère, face aux contraintes de la tradition.

Parce que pour moi, la plus grande force de ce roman est là ! En plus de pages qui nous font sentir, toucher, gouter, rêver, aimer l'Inde d'hier et d'aujourd'hui. Qui nous amène à la comprendre un peu. On est projeté dans un univers de contradictions dans lequel l'héroïne et l'auteure se parlent, se répondent, se confondent et surtout, dénoncent d'une même voix une société où tout est dicté par le rang social, la caste, le genre même. Grâce à cette Arundhati, si engagée, sur tant de sujet et pour son pays, on a l'impression de toucher du doigt les vrais problèmes d'une certaine Inde. Ceux d'être une femme indienne.

En résumé, si j'ai découvert ce livre par hasard (grâce à la chanson Mrs. ROY de TRYO ! XD), si j'ai mis tant de temps à l'acheter, puis encore à le lire, je n'en ai pour autant que du bon en mémoire. Une vraie découverte. Une vraie claque.

A mettre entre toutes les mains !

 

A venir :

Je me souviens, Beyrouth de Zeina ABIRACHED.

Publié dans Challenge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article