Ma Mercedes est plus grosse que la tienne - Nkem Nwankwo (Nigeria)

Publié le par Mack

http://1.bp.blogspot.com/_gEJ2jXK6QcY/TSZSL-2RrEI/AAAAAAAAAwg/ljvTcj43SyE/s1600/Ma%2BMercedes%2Best%2Bplus%2Bgrosse%2Bque%2Bla%2Btienne.jpg

Challenge Mappemonde.

Participation au challenge Monde livresque.

 

Résumé :

Onuma, fils d'Udemezue Okudo, premier ozo (chef de tribu) du pays, gravit avec aisance les marches de la société nigériane des années 70. Après de brillantes études à l'université flambant neuve de Lagos, où sont chouchoutés les étudiants, "élite de la nation", Onuma décroche un poste de chargé de relations publiques dans une société européenne avec pour mission de faciliter les rapports entre politiciens et hommes d'affaires.
Quinze ans plus tard, il revient à Aniocha, son village natal, au volant d'une jaguar dorée. La success story tourne alors au cauchemar et la Jaguar, qui avait été le symbole de son éclatante réussite, devient source de tous les malheurs du héros moderne africain qu'incarnait Onuma.

 

Chronique :

Bon et bien ce livre, prêté par une cousine à qui j'avais parlé de mon envie de "voir du pays", me laisse totalement perplexe, parfois même mal à l'aise. Je ne sais pas bien comment en parler.

Pour commencer, je pense qu'il faut rappeler le contexte d'écriture et de publication du livre. Nous sommes dans les années 1970. Les faits relatés sont donc à replacer dans un pays en développement, il y a 40 ans maintenant. Il en ressort donc ce sui semble être l'image figée d'un Etat. Pourtant, je ne sais pas si ça reste actuel ou non. Le problème d'avoir peu de référence contemporaines sur le pays...

Toujours est-il qu'on se sent comme coincé dans une fable africaine, avec ce côté "tradition orale". Et pourtant, tout ça pue le matérialisme et la superficialité. Une voiture est le symbole du succès, quels qu'aient été les moyens pour l'obtenir. Bref, on se retrouve fce à la chute d'un homme, une déchéance sans fin dont la seule morale est de se méfier de la place du matériel dans nos sociétés. On est également confronté à la corruption et à une forme de pauvreté inexplicable...

En bref, j'ai été contente de pouvoir découvrir une autre littérature et finalement, la lecture n'en est pas un sacerdoce mais le ressenti est bien mitigé. Pour éclairer un peu le fond, je vais même laisser ici un extrait du livre, histoire de... Pour une fois.

 

[Notons que la scène se passe alors qu'une poursuite en voiture/camion a fini par la chute du camion plein d'hommes dans un ravin et la mise à feu d'une magnifique Mercedes... Vide.]

 

"Ces deux actes de violence, surtout l'incendie de la Mercedes, créèrent une commotion. Il est vrai que sept cadavres furent retirés des débris du camion, mais l'épisode fut classé comme accident, et après avoir fait la une des journaux avec des détails macabres il fut vite oublié. Il n'en alla pas de même pour la Mercedes."

[Edition du Serpent à Plume, p 166]

 

A venir :

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants de Mathias ENARD.

Publié dans Challenge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article