Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants - Mathias Enard (France)

Publié le par Mack

http://myboox.f6m.fr/images/livres/reference/0005/46/parle-leur-de-batailles-de-rois-et-d-elephants-mathias-enard-9782742793624.gif

Participation au challenge Monde livresque.

Participation à la reprise du challenge Histoire.

 

Résumé :

3 mai 1506, un certain Michelangelo Buonarotti débarque à Constantinople. A Rome, il a laissé en plan le tombeau qu'il dessine pour Jules II, le pape guerrier et mauvais payeur. Il répond à l'invitation du Sultan qui veut lui confier la conception d'un pont sur la Corne d'Or, projet retiré à Leonardo da Vinci. Urgence de la commande, tourbillon des rencontres, séductions et dangers de l'étrangeté byzantine, Michel Ange, l'homme de la Renaissance, esquisse avec l'Orient un sublime rendez-vous manqué.

 

Chronique :

A la rentrée littéraire 2010, j'ignorais tout de Mathias ENARD. Je n'avais même pas souvenir de son mythique Zone qui, de toutes façons, n'aurait pas convenu à mes habitudes de lecture je pense. J'ai donc attrapé ce "petit" Actes Sud sans aucun a priori, sinon que cette maison a du goût pour les livres. J'aimais bien les 200 pages qui me permettraient une lecture rapide pour mes devoirs universitaires et le résumé parlait assez bien à ma part historienne.

Il m'a suffi de 2h à la sécu étudiante pour le dévorer.

Ce n'est pas un livre en fait. Ce n'est même pas une histoire. C'est un voyage !

Mes recherches sur l'auteur m'avaient bien sur appris l'existence de la phrase de 900 pages de Zone. Rien à voir.

On assiste en fait à la succession de courts chapitres, de phrases saccadées, voire de listes averbales, rythmées, chantantes...

L'intervention de deux narrateurs dynamise encore le récit. Dans l'histoire principale s'imbrique cette autre voix, longtemps désincarnée car liée à un événement lointain du récit majeur. Et puis cette voix est zen, posée, relaxante.

Cette histoire est belle, documentée, elle sent bon, elle étincelle sous le ciel de Constantinople. Une perle qui prouve (s'il en était besoin) la dextérité de Mathias ENARD, son talent à se saisir d'autres plumes même si je n'ai pas encore été poussée vers d'autres de ses récits. Peur de la déception ? Le nouveau m'interpelle quand même...

J'ai commencé il y a quelques temps Le Turquetto de Metin ARDITI, toujours chez Actes Sud (comme quoi...) et qui sort lui aussi une nouveauté cette rentrée. Ce livre nous ramène à la même époque, dans les mêmes milieux. Comparaison et chronique à suivre...

 

A venir :

? de ...

Publié dans Challenge

Commenter cet article