Si tu veux être mon amie - Galit Fink et Mervet Akram Sha'Ban (Israël/Palestine)

Publié le par Mack

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/3/7/1/9782070617173.jpg

Challenge Mappemonde.

Participation au challenge Destins de femmes.

Participation au challenge Monde livresque.

 

Résumé :

Mervet, treize ans, du camp palestinien de Dheisheb, et Galit, douze ans, de Jérusalem, commencent à s’écrire en 1988. Comment se parler alors qu’autour d’elles deux peuples se déchirent, se battent, se haïssent parfois ? « Je ne sais pas si tu veux être mon amie. A part ma famille, personne ne sait que je t’écris », s’interroge Mervet. « Quel sentiment étrange de savoir que j’écris à une palestinienne. C’est comme si c’était un rêve, un rêve heureux », lui répond Galit. Leur amitié naissante est sans cesse mise à l’épreuve par l’Intifada. Marquées par les préjugés de leur communauté, elles s’affrontent parfois ou tentent naïvement de trouver des solutions. Ce livre n’est pas une fiction : c’est un échange de correspondances qui parle d’incompréhension et d’amour, il parle de l’histoire humaine.

 

Chronique :

Hum... J'ai choisi ce livre dans le cadre de ma diversification géographique. Je suis tombée dessus un peu par hasard en recherchant des auteurs par nationalité.

Mais alors, qu'en penser ? Je suis assez partagée.

A vrai dire, la démarche d'origine m'a paru admirable : faire se rencontrer, par écrit à défaut de physiquement, celles qui seront l'avenir de deux communautés en guerre semble une excellente idée.

Bien sur, on a affaire aux récits quotidiens, et souvent naïfs, de deux enfants. On est prêt à croire que tout peut changer grâce à cette génération.

Mais on touche vite à la faiblesse du témoignage, notamment d'un tel projet, face au roman ! Tout n'est bien sur pas ce que l'on attendrait idéalement. Et surtout, le côté avorté de l'expérience nous laisse un peu sur notre faim. Publiés en 1992, ces échanges ont bien donné lieu à une rencontre, mais qu'en est-il aujourd'hui, 20 ans après ?

Ce résit reste tout de même eune belle illustration et un témoignage essentiel pour ceux et celles qui, comme moi, étaient un peu jeunes, voir même pas encore nés, durant la première Intifada.

Pour moi, c'est donc un livre à faire découvrir aux plus jeunes, pour sa valeur indéniable de transmission et de mémoire, si actuelle.

 

A venir :

Une année chez les Français de Fouad LAROUI

Publié dans Challenge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

albert 28/04/2014 18:03

ce livre de merde de gauchiste anitisémite veux nous faire croire que les palestiniens de merde sont gentil

Jessica 23/03/2015 23:03

Wow calme toi et arrête d'insulter t'es juste mal élevé et a ton info les palestiniens on énormément souffert des milliers d'enfants innocents sont morts et d'autres millier sont tuer chaque jour Et sérieusement pour dire ça soit t'es un ignorant et un rageux qui ne connait rien ou une personne qui n'a pas de moralité ni de pitié ni d'humanité !!!