La Confrérie des moines volants - Metin Arditi (Suisse)

Publié le par Mack

http://img.livraddict.com/covers/110/110077/couv30371878.jpg

La nostalgie heureuse d’Amélie Nothomb {RL2013}

Participation au challenge 1% Rentrée littéraire 2013.

 

Résumé :

Mari, Anna et Fredrik, trois amis de longue date, ont monté une société au doux nom du Peigne de Cléopâtre. Leur créneau : résoudre les problèmes des gens. Chacun apporte ses compétences, qui en jardinage, qui en déco d’intérieur ou en comptabilité… et la PME se développe avec succès.
Chacun patauge quelque peu dans sa propre existence, en quête d’identité ou d’âme soeur, et trouve un réconfort non négligeable dans l’idée de venir en aide à autrui.
Jusqu’au jour où une vieille dame se présente avec une étrange requête : elle souhaite que Le peigne de Cléopâtre élimine son mari.
Difficile de résister à un filon qui promet d’être lucratif, et les candidats se bousculent bientôt au portillon.J’ai aimé. Personne ne m’enlèvera ça. Pas même la mer capable tantôt d’engloutir les traces des ravages provoqués par l’homme, tantôt de les recracher — elle a emporté ce que j’avais de plus cher. (...) Je résiste et je me laisse aller, je tergiverse, mais au fond, je sais que tout sera bientôt fini.
Les méfaits des aïeux reviennent nous hanter, dit-on, mais je n’y crois pas. Si des méfaits nous hantent, ce sont les nôtres. »­
Un roman à deux voix sur un secret de famille bien gardé, sur l'amour et le deuil, le pouvoir de la mémoire, et la réconciliation avec le passé.
1937. Le régime soviétique pille, vend et détruit les trésors de l'Eglise russe. Il ferme plus de mille monastères. Des centaines de milliers de prêtres et de moines sont exécutés. Les plus chanceux s'échappent, vivant cachés dans les forêts.
Voici l'histoire de Nikodime, qui, avec l'aide d'une poignée de moines-vagabonds, tente de sauver les plus beaux trésors de l'art sacré orthodoxe. Où l'on rencontrera un ancien trapéziste, un novice de vingt ans et quelques autres fous de Dieu. De l'avant-guerre à nos jours, de la Russie bolchévique à la Moscou des milliardaires et des galeries d'art, l'étourdissante histoire de quelques hommes de courage.
Et puis, bien sûr, il y a Irina. Elle fuit l'Enfer, traverse l'Europe, arrive à Paris, change d'identité... Elle est au coeur de cette lumineuse histoire de résistance et de rédemption.
          
 

Chronique :

Petit rappel pour ceux qui l'auraient oublié, j'ai déjà lu Le Turquetto de Metin ARDITI qui fut une très belle découverte. C'est important parce que, même si je n'ai pas encore eu l'occasion de lire le livre de la rentrée 2012 pour cet auteur, je me suis lancée dans ce nouveau roman pleine d'enthousiasme et d'attentes. Et du coup, j'ai eu très peur en le commançant ! Et oui, la première partie est assez frustrante, manque de corps, ne semble nous mené nulle part... Bref, l'envie de laisser tomber m'a un peu titillée. Mais j'ai écouté les avis autour de moi et je me suis acccroché ! Finalement, ça valait vaguement le coup. La seconde partie de l'histoire est sympathique, le suspense est là, les personnages attachants et on apprend pas mal sur la situation de la religion dans la Russie soviétique et aujourd'hui. Bon, pas de quoi casser trois pattes à un canard non plus, je n'ai pas retrouvé la "magie" du Turquetto même si c'est assez réussi au final. Cela dit, je trouve la fin un peu baclée. Tout le roman en fait. Une fois investi, il se dévore en quelques heures là où ARDITI est largement capable de creuser davantage. A noter au passage que ce nouveau roman n'est plus édité par Actes Sud mais par Grasset. J'ai eu un temps l'"espoir" que ce soit une histoire de gros sous mais après lecture, mon appréhension première me semble confirmer : j'ai peur qu'Actes Sud et sa sévère (mais juste !) ligne éditoriale, n'ait refusé ce texte...

Bon, une lecture en demi-teinte donc, dommage pour un auteur qui m'a donné à lire mieux mais je me laisserais tout de même tenter par son prometteur Prince d'orchestre (2012). 

 

    Peste & choléra de Patrick DEVILLE

Publié dans Challenge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sophie Hérisson 30/10/2013 16:03


C'est toujours décevant quand on a prévéré les anciens romans... je ne commencerais donc pas par celui ci!

Mack 01/11/2013 11:42



Non, effectivement... Mais si tu aimes le roman historique, je continue à conseiller Le Turquetto les yeux fermés ! (oui, on va finir par le comprendre... XD)